Gottfried Wilhelm Leibniz

Gottfried Wilhelm Leibniz (prononcer [ˈlaɪbnɪts]), né à Leipzig le et mort à Hanovre le , est un philosophe, scientifique, mathématicien, logicien, diplomate, juriste, bibliothécaire et philologue allemand. Esprit polymathe, personnalité importante de la période Frühaufklärung, il occupe une place primordiale dans l'histoire de la philosophie et l'histoire des sciences (notamment des mathématiques) et est souvent considéré comme le dernier « génie universel ».

« Leibniz » redirige ici. Pour les autres significations, voir Leibniz (homonymie).
Gottfried Wilhelm Leibniz
Portrait de Leibniz peint par Christoph Bernhard Francke.
Naissance

Leipzig (électorat de Saxe)
Décès
(à 70 ans)
Hanovre (électorat de Hanovre)
Sépulture
Neustädter Kirche (en)
Nationalité
Allemand
Formation
Alte Nikolaischule (d) (-)
Université de Leipzig (-)
Université d'Iéna ()
Université d'Altdorf (-)
École/tradition
Rationalisme
Principaux intérêts
Métaphysique, ontologie, théologie, éthique, psychologie, épistémologie, logique, mathématiques, physique, géologie, biologie, histoire, linguistique, étymologie, sinologie, généalogie, droit, jurisprudence, politique, bibliothéconomie, théorie des jeux, échecs
Idées remarquables
Monade, principe de raison suffisante, principe d'identité des indiscernables, principe de continuité, harmonie préétablie, compatibilisme, caractéristique universelle, théodicée, meilleur des mondes possibles, calcul infinitésimal, notation de Leibniz, système binaire
Œuvres principales
De arte combinatoria
Discours de métaphysique
Nouveaux Essais sur l'entendement humain
Essais de Théodicée
Monadologie
Influencé par
Platon, Aristote, Sénèque, Tite-Live, Augustin d'Hippone, Proclus,[réf. nécessaire] Scolastique, Raymond Lulle, Pic de la Mirandole, Grotius, Gassendi[réf. nécessaire], Descartes, Arnauld, Thomasius, Pascal, Weigel, Huygens, Spinoza, Locke, Stensen, Malebranche, Bayle
A influencé
Jacques Bernoulli, Jean Bernoulli[réf. nécessaire], Wolff, Maupertuis[réf. nécessaire], Rousseau, Diderot, Bonnet, Smith[réf. nécessaire], Kant, Hegel, Frege, Husserl, Bergson, Couturat, Russell[réf. nécessaire], Gödel, Deleuze, Serres[réf. nécessaire]
Célèbre pour
bibliothécaire à Hanovre et à Wolfenbüttel
premier président de l'Académie royale des sciences de Prusse
Adjectifs dérivés
Père
Friedrich Leibnütz
Mère
Catharina Schmuck (d)
Distinctions
Leibniztempel (d)
Leibniz-Denkmal (d)
Leibnizdenkmal (d)
signature

Il naît en 1646 à Leipzig dans une famille luthérienne ; son père, Friedrich Leibnütz, est professeur de philosophie morale à l'université de la ville. Après la mort de celui-ci en 1652, Leibniz, parallèlement à son éducation supervisée par sa mère et son oncle, étudie dans la bibliothèque léguée par son père. Entre 1661 et 1667, il étudie dans les universités de Leipzig, d'Iéna et d'Altdorf et obtient des diplômes en philosophie et en droit. À partir de 1667, il est employé par Johann Christian von Boyneburg et l'électeur de Mayence Johann Philipp von Schönborn. Entre 1672 et 1676, il séjourne à Paris et voyage à Londres et à La Haye, rencontrant les scientifiques de son époque et s'initiant aux mathématiques. À la suite de la mort de ses deux employeurs, en 1676, il accepte la proposition d'emploi par la maison de Hanovre régnant sur le duché de Brunswick-Lunebourg et s'installe à Hanovre où il occupe les postes de bibliothécaire et conseiller politique. Il y mène des recherches sur des domaines très diversifiés, voyageant à travers toute l'Europe et correspondant jusqu'en Chine, jusqu'à sa mort en 1716.

En philosophie, Leibniz est, avec René Descartes et Baruch Spinoza, l'un des principaux représentants du rationalisme. Au principe de non-contradiction, il ajoute trois autres principes à la base de ses réflexions : le principe de raison suffisante, le principe d'identité des indiscernables et le principe de continuité. Concevant les pensées comme des combinaisons de concepts de base, il théorise la caractéristique universelle, une langue hypothétique qui permettrait d'exprimer la totalité des pensées humaines, et qui pourrait résoudre des problèmes par le calcul grâce au calculus ratiocinator, anticipant l'informatique de plus de trois siècles. En métaphysique, il invente le concept de monade. Enfin, en théologie, il établit deux preuves de l'existence de Dieu, appelées preuves ontologique et cosmologique. Au contraire de Spinoza, qui pensait Dieu immanent, Leibniz le conçoit transcendant, à la manière traditionnelle des religions monothéistes. Pour concilier l'omniscience, l'omnipotence et la bienveillance de Dieu avec l'existence du mal, il invente, dans le cadre de la théodicée, terme qu'on lui doit, le concept de meilleur des mondes possibles, qui sera raillé par Voltaire dans le conte philosophique Candide. Il aura une influence majeure sur la logique moderne développée à partir du XIXe siècle ainsi que sur la philosophie analytique au XXe siècle.

En mathématiques, la contribution principale de Leibniz est l'invention du calcul infinitésimal (calcul différentiel et calcul intégral). Si la paternité de cette découverte a longtemps fait l'objet d'une controverse l'opposant à Isaac Newton, les historiens des mathématiques s'accordent aujourd'hui pour dire que les deux mathématiciens l'ont développé plus ou moins indépendamment. Il travaille également sur le système binaire comme substitut au système décimal, s'inspirant notamment de vieux travaux chinois. Par ailleurs, il introduit la notation qui porte son nom et travaille également sur la topologie.

Écrivant en permanence  principalement en latin, français et allemand , il lègue un immense patrimoine littéraire  Nachlass en allemand , conservé à la bibliothèque de Hanovre. Il est composé d'environ 50 000 documents dont 15 000 lettres avec plus de mille correspondants différents, et n'est toujours pas entièrement publié.

Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.