Alice Ball

Alice Augusta Ball (née le – morte le ) est une chimiste américaine. Elle est surtout connue pour avoir développé l'un des traitements les plus efficaces contre la lèpre avant les années 1940. Elle est également la première femme ainsi que la première personne Afro-Américaine à être diplômée de l'université d'Hawaï.

Alice Ball
Alice Ball
Nom de naissance Alice Augusta Ball
Naissance
Seattle (États-Unis)
Décès
Seattle (États-Unis)
Nationalité États-Unis
Domaines Chimie
Formation Université de Washington
université de Californie à Berkeley
Université d’Hawaï
Renommée pour traitement contre la lèpre

Jeunesse et éducation

Alice Augusta Ball naît le 24 juillet 1892 à Seattle, dans l'État de Washington, du couple James Presley et Laura Louise (Howard) Ball[1]. Son père est éditeur de journal, photographe et avocat[1]. Son grand-père, James Presley Ball (en), est un photographe célèbre, connu pour être le premier Afro-Américain reconnu pour sa maîtrise du daguerréotype[2].

En 1903, James Ball, Sr. déménage avec sa famille à Hawaï, mais son décès l'année suivante fait en sorte que la famille revient à Seattle en 1905[2].

Alice Ball y fréquente la Seattle High School et est diplômée avec mention en sciences en 1910. Elle commence des études en chimie à l'université de Washington[3],[4]. Au cours des quatre ans qu'elle y passe, elle obtient un baccalauréat en chimie pharmaceutique et en pharmacie. Elle copublie avec son professeur de pharmacie Benzoylations in Ether Solution dans le Journal of the American Chemical Society[2].

Après ses études de premier cycle, Ball se fait obtient des bourses pour poursuivre des études à l'université de Californie à Berkeley et à l'université d'Hawaï[5]. Ball décide de retourner à Hawaï afin d'y effectuer une maîtrise en chimie. En 1915, elle devient la première femme et le premier afro-américain à être diplômé de cette institution[3],[6].

Recherches

Lors de ses études postdoctorales à l'université d'Hawaï, Alice Ball s'intéresse à la structure chimique et au principe actif du kava[7].

À la même époque, le Dr Harry T. Hollmann, assistant chirurgien à l'hôpital de Kalihi (en), demande l'aide de Ball pour développer une méthode pour isoler le composant actif de l'huile du chaulmoogra[5], utilisée notamment dans le traitement de la lèpre. En effet, à l'époque, plusieurs patients préfèrent éviter d'utiliser cette huile à long terme en raison de son goût amer et de ses effets secondaires très puissant, incluant des maux d'estomacs[1].

Ball développe un processus d'isolement de l'ester éthyle des acides gras de l'huile de chaulmoogra afin qu'ils puissent être injectés[6]. Cependant, elle meurt avant d'avoir publié ses résultats[1]. Un autre chimiste de l'université d'Hawaï, Arthur L. Dean, continue ses travaux et commence la production à grande échelle d'extrait de chaulmoogra injectables[2]. En 1918, un médecin hawaïen écrit dans le Journal of the American Medical Association qu'un total de 78 patients ont reçu leur congé de l'hôpital de Kalihi après avoir reçu le traitement par injection[2],[7].

L'ester éthyle isolé est demeuré le principal traitement de la lèpre jusqu'au développement des sulfones au cours des années 1940[2].

Mort et héritage

Alice Augusta Ball tombe malade lors de ses recherches et retourne à Seattle en 1916 pour y être traitée[6]. Elle y meurt le 31 décembre 1916 à l'âge de 24 ans. Dans un article publié l'année suivante dans le Pacific Commercial Advertiser, on suppose que la cause de la maladie serait possiblement un empoisonnement au chlore alors qu'elle enseignait[5]. La cause officielle de la mort demeure inconnue de nos jours, le certificat de décès ayant été modifié et affirmant qu'elle serait morte de tuberculose[1].

Elle décède avant d'avoir publié ses travaux que le président de l'université Arthur L. Dean s'attribue. Ce n'est qu'en 1977, qu'une chercheuse redécouvre que c'est les recherches d'Alice Ball[8].

Le 29 février 2000, l'université d'Hawaï a inauguré une plaque commémorative des travaux de Ball, posée sur un arbre chaulmoogra situé derrière le Bachman Hall[5]. Le même jour, l'ancienne lieutenant-gouverneur d'Hawaï Mazie Hirono déclare le 29 février « jour Alice Ball », célébré tous les quatre ans[3],[9].

En 2007, le conseil d'administration de l'université d'Hawaï attribue à Ball la Medal of Distinction[3].

Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alice Ball » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Miles Jackson, « African Americans in Hawai'i », Social Process in Hawai'i, vol. 43, , p. 168–174 (lire en ligne)
  2. (en) Paul Wermager et Carl Heltzel, « Alice A. Augusta Ball », ChemMatters, vol. 25, no 1, , p. 16–19 (lire en ligne)
  3. (en) Jeannette Brown, African American Women Chemists, New York, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-974288-2, lire en ligne), p. 19–24
  4. (en) D. Molentia Guttman et Ernest Golden, African Americans in Hawaii, Charleston, South Carolina, Arcadia Publishing, (ISBN 978-0-7385-8116-3, lire en ligne), p. 15
  5. (en) Beverly Mendheim, « Lost and Found: Alice Augusta Ball, an Extraordinary Woman of Hawai'i Nei », Northwest Hawaii Times, (lire en ligne)
  6. (en) Miles Jackson, « Ball, Alice Augusta », Black Past (consulté le 15 mai 2013)
  7. (en) University of Hawaii at Manoa, « Ball, Alice Augusta », Scholar Space (consulté le 15 mai 2013)
  8. « A tribute to Alice Bell: a scientist whose work with leprosy was overshadowed by a white successor | The Daily », sur web.archive.org, (consulté le 10 mars 2019)
  9. (en) Erika Cederlind, « A tribute to Alice Bell: a Scientist whose Work with Leprosy was Overshadowed by a White Successor », The Daily of the University of Washington, (lire en ligne)

Voir aussi

  • Portail de la chimie
  • Portail de la médecine
  • Portail des Afro-Américains
  • Portail des femmes et du féminisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.