Alain Fuchs

Alain (Hubert Jean) Fuchs[1], né le à Lausanne, est un docteur ès sciences et professeur de chimie franco-suisse, spécialiste en simulations moléculaires. Il a été président du CNRS de 2010 à 2017. Il préside depuis octobre 2017 l'Université PSL.

Pour les articles homonymes, voir Fuchs.
Alain Fuchs
Fonctions
Président
Université de recherche Paris-Sciences-et-Lettres
depuis le
Thierry Coulhon
Président directeur général du CNRS
-
Catherine Bréchignac
Anne Peyroche
Biographie
Naissance

Lausanne
Nationalités
Français, Suisse
Formation
École polytechnique fédérale de Lausanne (ingénieur chimiste) ()
Université Paris-Sud (Philosophiæ doctor) ()
Activités
Chimiste, professeur des universités
Autres informations
A travaillé pour
Université Pierre-et-Marie-Curie, Chimie ParisTech, Centre national de la recherche scientifique (jusqu'à ), Université de recherche Paris-Sciences-et-Lettres (depuis le )
Domaine
Membre de
Academia Europaea ()
Distinctions
Liste détaillée
Chevalier de la Légion d'honneur‎
Chevalier des Palmes académiques
Officier de l'ordre national du Mérite
Officier de l'Ordre national du Québec ()

Biographie

Né à Lausanne, Alain Fuchs passe une partie de son enfance et de son adolescence en Afrique, au gré des missions de son père informaticien, successivement au Zaïre, en Côte d'Ivoire et en Afrique du Sud, où il pratique le rugby. De retour à Lausanne à 17 ans, il intègre l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et obtient le diplôme d'ingénieur chimiste en 1975. Il rejoint ensuite l'université Paris-Sud 11 en doctorat d'État dans le laboratoire d’Henri Szwarc, où il pratique la physico-chimie et la thermodynamique par des approches expérimentales et spectroscopiques. Il soutient sa thèse d'État[2], Cristaux vitreux et transition vitreuse, en 1983[3]. Puis il effectue un séjour post-doctoral à Édimbourg[4] (1984–1985) avec le professeur Stuart Pawley, où il se forme à la dynamique moléculaire.[5]

Carrière

Alain Fuchs entre au CNRS en 1985 en tant que chargé de recherche, puis sera promu directeur de recherche en 1991. Il devient en 1995 professeur de chimie à l'Université Paris-Sud[6]. De 2000 à 2005, il fonde le Laboratoire de Chimie-Physique[7] (UMR 8000) à Orsay et prend sa direction. Il est président de l'agrégation externe de chimie de 1998 à 2001 et président de la section 13 du Comité national de la recherche scientifique de 2004 à 2008. Il enseigne la thermodynamique, la thermodynamique statistique, les forces et surfaces intermoléculaires, les techniques de simulation moléculaire, l'histoire de la chimie et la chimie physique. En 2006, il devient le directeur de Chimie ParisTech[2].

Il est nommé le président-directeur général du CNRS en succession de Catherine Bréchignac et d'Arnold Migus qui occupaient respectivement les deux postes distincts (président du CNRS et directeur général)[8],[6],[9]. Il y supervise une réorganisation de l'établissement en dix instituts nationaux thématiques et trois pôles interdisciplinaires, et promeut l'insertion du CNRS dans les alliances nationales thématiques)[8]. Son mandat venant à échéance le 20 janvier 2014, il est d'abord chargé, par arrêté de la ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche[10], d'exercer l'intérim avant d'être finalement renouvelé dans ses fonctions le mois suivant[11]. Cette reconduction est qualifiée par Sylvestre Huet d'« occasion de débat perdue »[12].

Alain Fuchs quitte la présidence du CNRS le pour prendre la présidence de Paris Sciences & Lettres[13] (établissement universitaire français composée de 9 établissements membres et 10 associés), où il entend accélérer le processus d'intégration en passant du statut de COMUE au statut de grand établissement et faire de PSL l'une des 20 premières universités mondiales entièrement sélectives[14]. Lors de son départ du CNRS, il dénonce “la chute vertigineuse du budget de l’ANR, doublée d’une politique d’appels à projets contestable”, et alerte sur la nécessité de convaincre la puissance publique de l’importance cruciale de la recherche scientifique pour l'avenir.[15]

Ethique et intégrité scientifique

En 2015, Alain Fuchs admet une "complicité collective" dans le système d'évaluation des publications scientifiques dont le modèle de production, selon lui, atteint ses limites. Il préconise un système de régulation par "des mesures prises collectivement" au niveau global c'est-à-dire mondial et "une évolution forte du mode de publication". Néanmoins, il encourage un pouvoir de sanction qui doit être national selon l'avis du président(e) du CNRS qui se base sur l’avis de la commission dont la priorité est de "protéger la réputation des agents"[16],[17].

En 2018, dans le cadre de l'affaire d'Olivier Voinnet, l'article du Monde dont le contenu est basé sur une lettre anonyme, pointe des incohérences dans la commission d'enquête concernant d'éventuelles manipulations d'images des publications de Catherine Jessus[18]. En mai 2018, en guise de réponse, il co-signe une lettre ouverte "Ethique Scientifique, Ethique Journalistique", parmi 500 signataires dénonçant en autres "des dénonciations, certes maquillées par la modernité d'un site participatif (Pubpeer)" et une "chasse au sorcières" tout en prônant une entreprise "transparente"[19].

En octobre 2018, il co-signe une tribune qui incite à respecter la présomption d’innocence des chercheurs mise en cause et préconise la nécessité de faire des enquêtes sur plusieurs années, comme étant une condition nécessaire au bon déroulement de la "recherche de la vérité" compte tenu de la complexité des affaires liées à l'intégrité scientifique [20].

Politique

En , il a signé l'appel de directeurs d'instituts de recherche français à voter contre Marine Le Pen lors de l'élection présidentielle[21].

Recherche

Les activités de recherche d'Alain Fuchs portent sur la théorie, la modélisation et la simulation numérique des fluides confinés[2] dans divers types de matériaux poreux. Ses principales publications récentes incluent : Forced intrusion of water and aqueous solutions in microporous materials: from fundamental thermodynamics to energy storage devices dans la Chem. Soc. Rev.[22] et Interplay between defects, disorder and flexibility in metal-organic frameworks dans Nature Chemistry[23].

Alain Fuchs est membre de l'Academia Europaea[24] et il a été membre du bureau éditorial de la revue Physical Chemistry Chemical Physics[25].

Alain Fuchs est co-auteur de deux ouvrages :

  • Alain Fuchs, Anne Boutin et Gilberte Dosseh, Éléments de thermodynamique. Cours et exercices corrigés pour le deuxième cycle de chimie, chimie-physique et sciences physiques, Elsevier Masson,
  • Georges Bram, Alain Fuchs, Françoise Chamozzi, André Grelon, Caroline Lanciano-Morandat et Laurence Mordenti, La Chimie dans la société. Son rôle, son image, L’Harmattan,

Publications majeures

  • Anne Boutin, François-Xavier Coudert, Guillaume Fraux et Alain Fuchs, « Forced intrusion of water and aqueous solutions in microporous materials : from fundamental thermodynamics to energy storage devices », Chem. Soc. Rev., no 46, , p. 7421-7437
  • Thomas D. Bennett, Anthony K. Cheetham, François-Xavier Coudert et Alain Fuchs, « Interplay between defects, disorder and flexibility in metal-organic frameworks », Nature Chemistry, no 9, , p. 11-16
  • François-Xavier Coudert et Alain Fuchs, « Computational characterization and prediction of metal-organic framework properties », Coordination Chemistry Reviews, no 307, , p. 2011-236
  • Thomas D. Bennett, Anthony K. Cheetham, François-Xavier Coudert et Alain Fuchs, « Flexibility and disorder in metal-organic frameworks », Dalton Transactions, no 45, , p. 4058
  • Anne Boutin, François-Xavier Coudert, Alain Fuchs et Aurélie U. Ortiz, « Anisotropic elastic properties of flexible metal-organic frameworks : how soft are soft porous crystals ? », Physical Review Letters, no 109, , p. 195502
  • Anne Boutin, François-Xavier Coudert, Alain Fuchs et Alexander V. Neimark, « Stress-based model for the « breathing » of metal-organic frameworks », Journal of Physical Chemistry Letters, no 1, , p. 445
  • Anne Boutin, François‐Xavier Coudert, Gérard Férey, Alain Fuchs et Antoine Gédéon, « Breathing transitions in MIL-53(Al) Metal-Organic Framework upon xenon adsorption », Angewandte Chemie International Edition, no 48, , p. 8314
  • Anne Boutin, François‐Xavier Coudert, Alain Fuchs, Marie Jeffroy et Caroline Mellot-Draznieks, « Thermodynamics of guest-induced structural transitions in hybrid organic-inorganic frameworks », Journal of the American Chemical Society, no 130, , p. 14294
  • Anne Boutin, Fabien Cailliez, Isabelle Demachy, Alain Fuchs, Joël Patarin, Michel Soulard et Mickael Trzpit, « Thermodynamics of water intrusion in nanoporous hydrophobic solids », Physical Chemistry Chemical Physics (Cover article), no 10, , p. 4817
  • Anne Boutin, Fabien Cailliez, Isabelle Demachy, Nicolas Desbiens, Alain Fuchs, Joël Patarin, Michel Soulard et Mickael Trzpit, « The effect of local defects on water adsorption in silicalite-1 zeolite. A joint experimental and molecular simulation study », Langmuir, no 23, , p. 10131
  • Isabelle Demachy, Nicolas Desbiens, Alain Fuchs, Helène Kirsch‐Rodeschini, Joël Patarin et Michel Soulard, « Water condensation in hydrophobic nanopores », Angewandte Chemie International Edition, no 44, , p. 5310
  • Anthony K. Cheetham et Alain Fuchs, « Adsorption of guest molecules in zeolitic materials : computational aspects », The Journal of Physical Chemistry B, no 105, , p. 7375
  • Christele Beauvais, Anne Boutin, Jerome Delhommelle, Alain Fuchs, Bernard Rousseau et Philippe Ungerer, « Optimization of the anisotropic united atoms intermolecular potential for n-alkanes », Journal of Chemical Physics, no 112, , p. 5499
  • Anne Boutin, Alain Fuchs et Jean-Bernard Maillet, « Numerical evidence of an embryonic orientational phase transition in small nitrogen clusters », Physical Review Letters, no 76, , p. 4336

Distinctions

  • Chevalier des Palmes académiques (1996)
  • Fellow of the Royal Society of Chemistry (2006)
  • Chevalier de la Légion d'honneur (2010)[26]
  • Officier de l'ordre national du Mérite (2014)[1]
  • Officier de l'ordre national du Québec (2014)[27]

Notes et références

  1. « Ordre national du mérite : décret du 14 mai 2014 », sur Légion d'honneur, (consulté le 8 avril 2015)
  2. Educpro, « Biographie d'Alain Fuchs sur Educpro »
  3. Alain Fuchs, sous la direction d'Henri Szwarc : Cristaux vitreux et transition vitreuse - Université Paris-Sud - 1983 - Num. national de thèse : 1983PA112380 - Lien SUDOC - Worldcat : 490643197
  4. Jean-François Preveraud, « Alain Fuchs, un pédagogue à la tête du CNRS », sur Industrie&technologies, (consulté le 23 avril 2015)
  5. Alain H. Fuchs, « Foreword », Molecular Simulation, vol. 40, nos 1-3, , p. 3–5 (ISSN 0892-7022, DOI 10.1080/08927022.2014.870324, lire en ligne, consulté le 15 mars 2019)
  6. « Communiqué : Alain Fuchs est nommé président du CNRS », sur CNRS, (consulté le 8 avril 2015)
  7. Laboratoire de Chimie-Physique
  8. Philippe Jacqué, « Alain Fuchs : une nouvelle chimie pour le CNRS », Le Monde, (lire en ligne)
  9. Décret du 21 janvier 2010 portant nomination du président du Centre national de la recherche scientifique, JORF n°0018 du 22 janvier 2010 page 1427, texte n° 90
  10. Arrêté du 10 janvier 2014 portant attribution de fonctions au Centre national de la recherche scientifique, JORF n°0013 du 16 janvier 2014 page 760 texte n° 46
  11. Décret du 27 février 2014 portant nomination du président du Centre national de la recherche scientifique, JORF n°0050 du 28 février 2014 page 3943 texte n° 112
  12. Sylvestre Huet, « Alain Fuchs sera reconduit à la tête du CNRS », sur Sciences2, (consulté le 8 avril 2015)
  13. « Anne Peyroche est nommée présidente du CNRS par intérim », sur CNRS, (consulté le 24 octobre 2017)
  14. AEF, « PSL se fixe une cinquantaine d’objectifs d’ici à 2030 et veut être la 1re université française entièrement sélective »
  15. « Le réquisitoire d’Alain Fuchs quittant le CNRS », sur {Sciences²} (consulté le 15 mars 2019)
  16. « Ethique Scientifique, Ethique Journalistique », sur https://scienceactive.net/, (consulté le 18 février 2019)
  17. « Nous ne transigeons pas avec l’intégrité », sur https://lejournal.cnrs.fr/, (consulté le 18 février 2019)
  18. « Intégrité scientifique à géométrie variable », sur lemonde.fr, (consulté le 18 février 2019)
  19. « Ethique Scientifique, Ethique Journalistique », sur https://scienceactive.net/, (consulté le 19 février 2019)
  20. « Débat : De l’intégrité scientifique et du respect des droits des personnes mises en cause », sur https://theconversation.com, (consulté le 19 février 2019)
  21. Grégory Rozières, « La recherche scientifique française appelle à voter contre Marine Le Pen », sur huffingtonpost.fr, .
  22. Guillaume Fraux, François-Xavier Coudert, Anne Boutin et Alain Fuchs, « Forced intrusion of water and aqueous solutions in microporous materials : from fundamental thermodynamics to energy storage devices », Chem. Soc. Rev., no 46, , p. 7421-7437
  23. Thomas D. Bennett, Anthony K. Cheetham, Alain H. Fuchs et François-Xavier Coudert, « Interplay between defects, disorder and flexibility in metal-organic frameworks », Nature Chemistry, no 9, , p. 11-16
  24. « Alain H. Fuchs », sur Academia Europaea (consulté le 23 mars 2015)
  25. Bureau éditorial de Physical Chemistry Chemical Physics
  26. Décret du 13 juillet 2010 portant promotion et nomination, JORF n°0161 du 14 juillet 2010 page 13049, texte n° 4
  27. « Alain Fuchs reçoit les insignes d’Officier de l’Ordre national du Québec des mains du Premier Ministre du Québec », sur CNRS, (consulté le 18 avril 2015)

Liens externes

  • Portail de la chimie
  • Portail de la France
  • Portail de la Suisse
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.